DONATE MAINS

Première cause de malvoyance en France chez les personnes de plus de 50 ans, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) touche 1,5 million de personnes. En réponse à cet enjeu de santé publique, l’Institut de la Vision conduit des recherches destinées à révéler les causes de cette maladie et trouver les thérapies les mieux adaptées.
FLORIAN1Florian Sennlaub, directeur de recherche Inserm, fait le point sur les avancées en matière de DMLA.

Où en sont les thérapies pour soigner cette maladie ?
« Depuis quelques années, des moyens efficaces existent pour traiter la forme humide. Des médicaments ont été développés pour inhiber la formation de néovaisseaux (qui donne son nom à cette forme, la DMLA néovasculaire). Ils fonctionnent très bien grâce à des injections répétées. Aujourd’hui, on en est au stade de développement de médicaments qui agissent à plus long terme. C’est plus confortable pour le patient qui diminue ses consultations chez les ophtalmologues.»

Et pour la forme sèche ?
« Aucun traitement médicamenteux n’existe encore pour stopper la lente dégénérescence de la rétine centrale dans la forme atrophique. Cependant, je suis vraiment très optimiste sur le fait que dans les années à venir, nous trouvions un traitement efficace. A l’heure actuelle, beaucoup de chercheurs dans le monde y travaillent à pied d’œuvre ! »

Quelles sont les perspectives de développement ?
« Mon ambition serait de parvenir à inhiber la formation de la maladie en intervenant avant qu’elle ne touche la vision centrale. Aujourd’hui, on tente de restaurer la vision de l’œil handicapé en remplaçant les photorécepteurs dégénérés par des avatars artificiels. Deux solutions sont envisagées : la première Dépistage DMLAconsiste à introduire des implants électroniques. La seconde, une thérapie cellulaire, verrait des cellules remplacer les photorécepteurs.


À NE PAS RATER !

L’Institut de la Vision consacrera un dossier complet sur la DMLA dans le numéro 20 de sa Newsletter au mois de novembre.


La DMLA en quelques mots

Causes
Une accumulation de cellules inflammatoires dans la rétine jusqu’à la destruction des photorécepteurs (les cellules qui captent la lumière)

Alertes / symptômes
Les lignes droites qui se dé- forment, une baisse d’acuité visuelle brutale dans un seul œil, un besoin de plus de luminosité pour voir

Formes sévères
La DMLA humide (néovasculaire) est traitée par injection
La DMLA sèche (atrophique)

Comportement à privilégier
Faire contrôler sa vue une fois par an à partir de 50 ans, avoir une alimentation saine, s’entre- tenir physiquement, arrêter le tabac